Catégorie |

BuyWomen: Du cinéma au féminin pluriel

Laissez un commentaire!

Qui dit temps des Fêtes dit temps libres. Journées de cocooning, Netflix (avec ou sans le fameux and chill), dégustations de chocolats chauds… La vie parfaite, admettons-le. Alors pourquoi ne pas joindre l’utile à l’agréable en soutenant un mouvement qui vaut la peine d’être connu? C’est ce que BuyWomen vous propose en s’engageant à vous faire découvrir le travail de réalisatrices, scénaristes et femmes du cinéma tout autour du globe. Tout ça sans quitter le confort de votre pyjama.

Elles sont souvent actrices, maquilleuses, coiffeuses, mais trop rarement derrière la caméra. La réalisatrice demeure, encore aujourd’hui en 2015, un spécimen rarissime. Dans une industrie sexiste où le chemin tracé par les femmes demeure sans cesse à défricher, l’organisation BuyWomen s’est donnée une mission claire: mettre de l’avant les productions cinématographiques au féminin. Faire valoir le travail de ces femmes dont l’œuvre ne demande qu’à être considérée, vue, projetée et appréciée à sa juste valeur.

La réalité, ce sont ces chiffres, écrits noir sur blanc: aux États-Unis, la réalisation d’un film s’avère, dans environ 94% des cas, une affaire d’hommes. Côté scénarisation, c’est 85% des textes qui sont signés par des protagonistes de la gent masculine. Ceci dit, si les monteuses sont un peu plus présentes dans le milieu avec un score de plus ou moins 20% au tableau, elles ne sont que 2% à être en charge de la direction photo.

Tenant à jour une liste regroupant bon nombre de films réalisés et/ou scénarisés par des femmes, BuyWomen met au défi sa communauté de visionner, au minimum, deux productions féminines par mois. Ce qui est loin d’être monumental, entendons-nous. Avec une initiative comme celle-ci, ce sont des dizaines d’artistes qui pourront être entendues – et vues. Et c’est tout un bassin de cinéphiles qui pourra bénéficier d’une expérience cinématographique plus riche, plus abondante.

Ces redoutables laissées pour compte

Même si l’organisation a seulement quelques mois d’existence, son instigatrice, Rainy Kerwin, milite pour la cause des femmes du cinéma depuis déjà plusieurs années. Membre du collectif new-yorkais Film Fatales, la directrice et scénariste est d’ailleurs présentement en postproduction pour son premier long métrage The Wedding Invitation, projet qui a été tourné par une équipe composée exclusivement de femmes. Logique qu’on la retrouve derrière une initiative comme BuyWomen.

«J’ai créé cette plateforme parce que je ressentais le besoin d’apporter quelque chose de positif pour toutes ces femmes redoutables, ces innombrables réalisatrices et ces scénaristes dont le travail n’obtient pas la visibilité méritée, déclare Kerwin. Il existe une certaine frustration au sein de la communauté du cinéma, cette impression que les femmes passent fréquemment au second plan. BuyWomen a été fondé pour remédier à la situation, en jouant un rôle de diffuseur. Investissons et achetons les œuvres conçues par des femmes!»

Voici un échantillon de quelques films disponibles en ligne qui ont retenu notre attention:

Obvious Child

À quelques jours de la Saint-Valentin, Donna Stern, une jeune comédienne habitant à Brooklyn, rompt avec son amoureux, apprend qu’elle est enceinte et perd son emploi.

Réalisatrice: Gillian Robespierre

Durée: 84 min

Année: 2014

Lien bande-annonce Youtube: https://www.youtube.com/watch?v=r2GN3wdfqbA

A Girl Walks Home Alone at Night

À Bad City, ville étrange, lieu de tous les vices où suintent mort et solitude, les habitants n’imaginent pas qu’un vampire les surveille… Alors, quand l’amour s’en mêle, c’est une passion peu commune qui soudain s’embrase. Une passion couleur de sang!

Réalisatrice: Ana Lily Amirpour

Durée: 99 min

Année: 2014

Lien bande-annonce Youtube: https://www.youtube.com/watch?v=_YGmTdo3vuY

Stories We Tell

Dans ce long métrage documentaire, la scénariste et réalisatrice sélectionnée aux Oscars, Sarah Polley, découvre que la vérité est bien subjective. Jouant les détectives, Polley explore les secrets d’une famille de conteurs. Sur un ton mi-sérieux, elle interroge une série de personnages plus ou moins dignes de foi, obtenant des réponses étonnamment candides, mais ô combien contradictoires aux mêmes questions. Pendant que chacun relate sa version de la légende familiale, les souvenirs récents se muent en retours nostalgiques ou en questions qui demeurent sans réponse quant à la mère disparue.

Réalisatrice: Sarah Polley

Durée: 108 min

Année: 2012

Lien bande-annonce: https://www.youtube.com/watch?v=ytq4VZ2Nyxg

Par Laurianne Désormiers

Célébrer le style queer à New York Fashion Week

La soirée du 5 septembre dernier, le magazine DapperQ a organisé son sixième défilé de mode annuel dans la Cour des beaux-arts du...

Cycle dédié à Barbara Hammer à la Cinémathèque

La Cinémathèque québécoise lance sa programmation d’automne avec plein d’activités intéressantes pendant septembre et octobre....

Tous les éditoriaux