Catégorie |

Fairware x lstw

Laissez un commentaire!

Depuis que Sarah White et Denise Taschereau ont lancé Fairware dans le garage de Sarah en 2005, elles sont restées fidèles à leur offre et leur mission, authentiques à leurs valeurs. Ce faisant, elles ont défié le paysage traditionnel de l’industrie du marketing promotionnel grâce à leur passion pour la durabilité, l’éthique de la justice sociale et leur identité propre d’entreprise détenue par des femmes queers. Leur succès pérenne peut sans aucun doute être attribué à leur dévouement, leur authenticité et au fait qu’elles défient les normes que l’on connaît à l’industrie du marketing promotionnel.

À titre de directrice de la durabilité et de la communauté pour Mountain Equipment Co-op (MEC), Denise a vu dans le passé de nombreuses entreprises se démener pour produire du matériel promotionnel éthique de haute qualité. Malgré le fait qu’il y a eu des progrès en ce sens dans l’industrie au fil des ans, Fairware, une entreprise certifiée B Corp, demeure innovante en termes de durabilité.

Dix-sept ans plus tard et encore à ce jour, Sarah et Denise, deux femmes queers entrepreneures, représentent une minorité dans leur industrie. Tout comme leur passion pour la justice environnementale, leur identité conduit au succès de leur entreprise. Denise et Sarah incarnent la question à laquelle tant de personnes queers sont confrontées : comment puis- je me présenter telle que je suis, être prise au sérieux et réaliser mes rêves ?

ENTREVUE AVEC DENISE TASCHEREAU & SARAH WHITE

Comment décririez-vous Fairware ?

SW: Nous sommes une agence qui fournit de la marchandise personnalisée à la fine pointe de la technologie et sommes le principal distributeur de produits promotionnels durables et éthiques en Amérique du Nord. Nous travaillons avec plusieurs des marques les plus en vogue du continent et soutenons leurs campagnes de changements sociaux et environnementaux en amplifiant leurs messages grâce à des produits personnalisés durables. En raison des valeurs que nous véhiculons, nous attirons des collaborateurs formidables qui sont aussi passionnés par notre mission. Nous sommes une entreprise certifiée B Corp, LGBTQ2+ et détenue par des femmes.

Pourquoi avez-vous décidé d’opter pour la durabilité dans l’industrie du marketing promotionnel à l’époque où vous l’avez fait ? Pourquoi est-ce toujours important pour vous deux ?

DT: Nous nous sommes engagées dans la durabilité et l’appro- visionnement éthique dès le premier jour. Ce n’est pas un récent virage pour nous. Au début des années 2000, lorsque je travaillais chez MEC, j’ai été témoin de grandes marques qui offraient des produits qui allaient plutôt à l’encontre de la durabilité et des droits des travailleurs. J’ai réalisé qu’il y avait une lacune sur le marché et j’ai pensé que c’était une excellente opportunité commerciale. Aucune de nous n’était familière avec l’industrie des produits promotionnels et sur le démarrage d’une telle entreprise. Notre idée était de bâtir une entreprise de produits promotionnels qui fabrique de la marchandise de qualité et qui contribue à changer les façons de faire dans l’industrie. Notre mission et notre engagement n’ont pas changé (alors que l’industrie commence tout juste à adresser ces problématiques dans leurs façons de faire).

Quel impact Fairware a-t-il eu sur la durabilité dans l’industrie ?

DT: Nous menons nos équipes et nos projets en militant pour le changement dans l’industrie depuis nos débuts et nous constatons que cela a eu un impact positif. Nous sommes devenues des personnes ressources pour adresser la question dans les podcasts, les articles et les conférences sur le sujet. Plus récemment, je suis devenue membre de la Promotional Products Industry Association, l’association représentant l’industrie en Amérique du Nord. Depuis la promotion grandissante des principes et des pratiques de responsabilité sociale auprès des entreprises canadiennes, c’était le bon moment pour jouer un rôle plus important au sein de l’industrie.

Qu’auriez-vous aimé savoir sur l’entrepreneuriat dès le départ ?

SW: Je suis ambiguë à ce sujet. Je pense que de nombreux entrepreneurs ont de grandes idées, qui peuvent parfois paraître irréalistes, qui ne se concrétiseraient jamais s’ils savaient ce qu’ils devaient savoir dès le départ. Si j’avais su tout ce que je sais maintenant, qui sait si j’aurais commencé ! D’un autre côté, j’ai peut-être passé plus de temps à faire des recherches sur l’industrie, comment cela fonctionnait avant de me lancer tête première.

DT: J’aurais aimé avoir plus confiance en mon intuition au début. Je pense que nous aurions pris des décisions plus audacieuses et plus rapides.

Quel a été le moment dont vous êtes les plus fières dans l’histoire de Fairware ? Quelles sont vos futures aspirations pour faire évoluer l’entreprise ?

DT: Je continue d’être inspirée et je suis particulièrement fière de deux choses. Premièrement de nos clients. La possibilité de travailler avec des équipes incroyables de grandes marques telles que Patagonia, Ben & Jerry’s, Vancity, Nature’s Path, Unicef USA et Conservation de la nature Canada est vraiment motivante. Deuxièmement, notre personnel. Nous avons construit une équipe formidable qui nous pousse toujours à faire mieux – c’est un groupe vraiment génial qui partage nos valeurs d’engagement et notre volonté de changer les choses.

Comment vous voyez-vous personnellement reflété dans l’entreprise en termes d’identité personnelle et de valeurs ?

SW: Nous croyons toutes les deux en la justice sociale, nous avons une conscience environnementale et militons en ce sens. Nous avons tendance à attirer des personnes ayant des valeurs similaires; j’ai l’impression que nos valeurs se reflètent beaucoup dans l’entreprise. Nous sommes entières dans notre travail et, ce faisant, espérons que nous inspirons les autres. C’est un privilège d’être propriétaire d’une entreprise et de ne pas avoir à cacher qui nous sommes. Comme nous avons l’espace et la tribune pour le faire, nous pensons qu’il est de notre responsabilité de plaider en faveur du changement.

Qu’avez-vous appris en tant que femmes queers dans cet espace ?

SW: Il n’y a pas beaucoup de queers dans l’industrie, c’est certain, en particulier les femmes queers, en fait, en examinant récemment une liste de fournisseurs, il n’y avait aucune entreprise certifiée LGBTQ2+. De la même manière que nous avons été témoins de progrès en matière de durabilité, nous avons également constaté des progrès en terme de justice sociale. Bien sûr, il reste encore beaucoup à faire. Rester fidèles à qui nous sommes est primordial. Avons-nous perdu des emplois, des contrats parce que nous sommes queers ou femmes? Probablement, mais il est impossible d’en être certaines. Je dirais qu’au cours des deux dernières années, c’est devenu quelque chose qui revient beaucoup plus dans les conversations avec les clients. Ils demandent différents types de certifications et la certification B Corp.

Par Paige Glabb

Ensemble par Anne-Sophie Guillet

À travers les pages du magazine 10e anniversaire de lstw, vous pouvez découvrir le travail de la photographe basée en Belgique. À...

Entrevue avec Magi Merlin

En spectacle le 30 septembre prochain dans le cadre du festival POP Montréal, nous nous sommes entretenues avec l’artiste Magi Merlin pour parler de son travail, de ses...

Tous les éditoriaux