Catégorie |

Irlande – Décryptage d’un événement historique.

Laissez un commentaire!

Le 22 mai 2015, votant en faveur de l’amendement constitutionnel « le mariage peut être contracté conformément à la loi par deux personnes sans distinction de sexe » (Le Monde), l’Irlande devient le 20e pays à légaliser le mariage homosexuel et le premier à la faire par suffrage universel.

Devant les résultats décisifs de 62% pour et 38% contre et la forte participation de sa population (60,5 %), le gouvernement irlandais a annoncé son intention d’accélérer le processus pour que la loi soit promulguée à la fin du mois de juillet.

Un référendum historique

L’importance de ce référendum tient à deux aspects. Le premier étant l’approbation massive de la population sur cette question, tout changement à la constitution devant être précédé d’un processus référendaire.

Le deuxième tient dans le caractère surprenant des résultats, l’Irlande étant connue pour son conservatisme social lié à la forte présence de la religion catholique. 84 % de ses habitants se disent de confession catholique et 50 % vont à la messe tous les dimanches. L’homosexualité n’y a été décriminalisée qu’en 1993, alors que l’avortement y reste illégal.

Étaient donc compris, parmi les principaux opposants à cet amendement, les intellectuels, les personnalités et les activistes catholiques, ainsi que les catholiques et protestants évangéliques.

Les votes témoignent toutefois de l’évolution de la mentalité irlandaise. Étaient parmi les partisans du « oui » tous les partis politiques, autant le Fine-Gaël au pouvoir, que ceux de l’opposition.

Il faut dire toutefois que l’ensemble des prêtres irlandais ne se positionnent pas dans le camp du « non » comme les évêques du pays et le Vatican, car cela reflète de moins en moins, selon eux, les valeurs des paroissiens. Par ailleurs, la mobilisation de l’église lors des débats précédents le référendum s’est manifestée plus discrètement étant donnés les scandales sur l’abus d’enfants qui l’ont récemment impliquée et qui ont ébranlé la confiance de la population.

Influences nouvelles

Des facteurs nouveaux auraient également contribué à faire de ce référendum un moment historique.

D’abord, l’apport décisif de la jeunesse. 68 000 répondants nouvellement en âge de voter se sont inscrits au suffrage et nombreux sont ceux qui se seraient déplacés ou qui seraient revenus au pays pour exercer leur devoir de citoyen.

L’influence des médias sociaux aurait aussi été significative, voire comparable à celle des médias traditionnels, et ce, autant pour la campagne du « oui » que pour celle du « non ». Ils auraient permis non seulement d’atteindre, mais d’engager de plus grands bassins de population par le biais de « likes », de « tweets » et de vidéos promotionnels. La mobilisation pour le vote s’en serait trouvée favorisée.

Entre-temps, le débat persiste à l’étranger. L’Irlande du Nord demeure la seule parmi les régions du Royaume-Uni à ne pas avoir étendu les droits civils aux couples de même sexe. Quant à elle, l’Allemagne ressent la pression d’être maintenant derrière l’Irlande catholique sur cette question. Aux États-Unis, alors que certains États ont déjà fait le saut, on se penche sur le mariage homosexuel comme droit constitutionnel. En attendant que s’allonge la liste, un grand nombre d’unions matrimoniales est attendu au début de l’automne au pays du trèfle.

Par Catherine Paul

Célébrer le style queer à New York Fashion Week

La soirée du 5 septembre dernier, le magazine DapperQ a organisé son sixième défilé de mode annuel dans la Cour des beaux-arts du...

Cycle dédié à Barbara Hammer à la Cinémathèque

La Cinémathèque québécoise lance sa programmation d’automne avec plein d’activités intéressantes pendant septembre et octobre....

Tous les éditoriaux