Catégorie |

Jeanette Spicer – Ce que cela signifie d’être ici

Laissez un commentaire!

La photographe Jeanette Spicer présente son exposition « Ce que cela signifie d’être ici » à The Metropolitan Community Church le vendredi 15 octobre, de 18h à 21h. La MCC est une église LGBTQ+ historique dirigée par le révérend Pat Bumgardner. Vous pouvez en savoir plus sur le révérend Pat et l’héritage de l’église dans cet article qu’elle a rédigé et imagé au printemps.

Voici quelques mots de l’artiste à propos de cette nouvelle série photographique:

« Dans ma série Ce que cela signifie d’être ici (2018 – en cours), je capture l’intimité entre les femmes non hétérosexuelles avec un sens de la banalité et du respect pour le sexe, le plaisir et le désir, agencé-es avec, honnêteté et spontanéité. À travers mon travail, je remets en cause l’effacement photographique historique de la représentation lesbienne. Mon utilisation de la lumière et de l’ombre génère une tension entre le connu et l’inconnu car je coupe souvent le signifiant du corps de son signifié.

Cela crée des fragments d’union perçue et permet à l’espace de s’ouvrir vers de nouvelles possibilités d’être vu.e et représenté.e en tant que queer/lesbienne. Les ombres fonctionnent également comme un brouillage des frontières, ouvrant des opportunités de désir et d’émerveillement. Je défie souvent les contraintes du cadre en utilisant diverses stratégies techniques dans lesquelles je frustre le regard masculin afin de ré-imaginer et de récupérer un regard lesbien distinct.

Lors de la création de collages à huis clos de corps et d’autres objets dans un espace, je souligne l’androgynie et les « signifiants » de genre de certains de mes sujets, remettant inévitablement en cause la bipolarisation de l’identité de genre. Historiquement, les intérieurs ont représenté l’isolement et l’enfermement pour les femmes. Cependant, les intérieurs dans mon travail représentent l’indépendance et une reconquête de la propriété. Mes photographies de scènes extérieures, parfois tournées dans des lieux de drague gays, offrent l’opportunité d’explorer ces terrains de jeux sexuels dominés par les hommes et d’imaginer nos corps dans des espaces dédiés à la drague auxquels les femmes lesbiennes et queer ont rarement accès. Ce que cela signifie d’être ici est né d’un désir de lutter contre l’absence de photographes lesbiennes, le regard lesbien et la longue histoire des constructions patriarcales qui façonnent nos idées sur la forme féminine, l’intimité et la création d’images. »

Ce que pelleter à -23°C m’a appris du sentiment d’appartenance

Par un soir de grand froid de février, à Calgary, nous préparons la...

Entrevue – JVL 2021

Créée en 1982, la Journée de visibilité lesbienne est une journée chargée d’histoire et encore primordiale afin de donner de la visibilité aux femmes LGBTQ+ et de...

Tous les éditoriaux