Catégorie |

Le débat entourant l’aide à la procréation

Laissez un commentaire!

Une réforme est officiellement annoncée. L’ouvrage de la journaliste Judith Lussier, intitulé L’aide à la procréation au Québec, arrive donc à point.

On parlait de cette réforme depuis plusieurs mois, et déjà, nous étions stupéfaites des propos de notre entourage. Beaucoup d’idées préconçues et de légendes urbaines. L’avancée du Québec pour les droits des couples de même sexe semblait donner une impression d’acceptation et d’ouverture. Pourtant, à quel point la population est-elle informée et en accord avec l’homoparentalité?

Le livre de Judith Lussier nous a nous-même ouvert les yeux sur certaines réalités. Elle traite des faits. L’histoire du programme, les recherches et les statistiques. Un must pour celles et ceux qui veulent se faire une tête avant de se lancer sérieusement dans le débat.

::::::::

Pointer du doigt

::::::::

Aussi alarmant que cela puisse paraître et même si le ministre de la Santé n’a pas voulu le confirmer, le programme limiterait le remboursement des démarches aux couples médicalement infertiles, selon Radio-Canada. Ce qui viendrait exclure les couples homosexuels. Pourtant à travers son ouvrage, Judith Lussier explique combien les démarches des couples de même sexe représentent une dépense minime pour l’État:

« Quant aux femmes célibataires et lesbiennes qui ont recours à la PMA*, elles sont à l’origine d’une dépense minime pour l’État, puisqu’elles n’ont généralement recours qu’à l’insémination artificielle, beaucoup moins coûteuse que la FIV*, et qu’elles en acquittent souvent la majeure partie des coûts, plusieurs d’entre elles désirant offrir à leur enfant la possibilité de connaître le donneur s’ils le désirent, une option qui n’est pas couverte par le programme.

L’accent mis dans les médias sur le remboursement des frais de PMA* aux couples de même sexe apparaît donc disproportionné par rapport au poids économique négligeable que ceux-ci représentent dans les faits. »

::::::::

Éviter une dérape

::::::::

En ouvrant le débat entourant l’aide à la procréation, le terrain pourrait devenir glissant quant à la manière dont on traite de la réalité de nos communautés.

« Évidemment, l’un des dangers guettant le débat de la procréation assistée est que tout opposition en vienne à être assimilée à de l’homophobie. » – affirme Judith Lussier.

Elle cite également Mona Greenbaum, de la Coalition des familles LGBT : «Au Québec, la plupart des gens savent qu’il n’est pas politiquement correct d’être homophobe, mais quand on parle d’homoparentalité, ça ouvre la porte à certaines réticences. »

L’aide à la procréation au Québec traite des aspects médicaux et financiers du programme québécois mis en place en 2010.

Ce programme n’est peut-être pas parfait, mais nous sommes d’accord avec Judith, il s’agit d’un choix de société:

« Un choix qui valorise les projets familiaux, qui réduit les inégalités entre les couples infertiles et qui reconnaît la légitimité des familles non conventionnelles. »

Procurez-vous son livre en librairie!

_________________________________

Journaliste et chroniqueuse, Judith Lussier s’intéresse aux politiques de la procréation assistée depuis plusieurs années. Elle est l’auteure, entre autres, de Sacré dépanneur! (Héliotrope, 2010)

*PMA – Procréation médicalement assistée

*FIV – Fécondation in vitro

Célébrer le style queer à New York Fashion Week

La soirée du 5 septembre dernier, le magazine DapperQ a organisé son sixième défilé de mode annuel dans la Cour des beaux-arts du...

Cycle dédié à Barbara Hammer à la Cinémathèque

La Cinémathèque québécoise lance sa programmation d’automne avec plein d’activités intéressantes pendant septembre et octobre....

Tous les éditoriaux