Catégorie |

Depuis la fin de l’été, de nombreux festivals se distinguent par le choix d’artistes audacieux. Des programmations qui promettent découvertes et valeurs sûres. Parmi celles-ci, un nom à retenir: Safia Nolin.

Avec sa voix d’une beauté rare, l’auteure-compositeure-interprète originaire de la ville de Québec fait de plus en plus jaser sur la scène musicale locale. Après avoir remporté le prix de la SOCAN au Festival international de la chanson de Granby pour sa pièce Igloo, les astres se sont alignés assez rapidement.

Prise sous l’aile du prolifique Philippe Brault – qui signe d’ailleurs la réalisation de son tout premier album–, ce n’était qu’une question de temps avant que la jeune autodidacte de 23 ans ne se fasse une place dans le paysage musical québécois.

Limoilou, à Montréal

C’est le 11 septembre dernier que Limoilou, premier opus de l’artiste, paraissait sous l’étiquette Bonsound.

« Toutes les pièces ont été composées à Québec, à l’époque où j’ai commencé à écrire de la musique de façon sérieuse, il était donc naturel pour moi de donner ce titre à l’album. » Treize chansons qui transpercent le corps par leur équilibre parfait entre force et douceur. Les histoires racontées par la musicienne sont loin du superflu et des fioritures. Elles sont juste humaines, vraies: « C’est un peu comme un journal intime. », nous avoue Safia.

En écoutant l’album, on découvre non seulement une artiste accomplie, mais également un être humain. Un côté mélancolique, puis aussi de la tristesse. « Ce sont des mots qui reviennent souvent pour décrire ce que je fais. Je suis juste honnête. Ce sont des choses que j’ai vécues pour vrai que j’exprime à travers ma musique. »

Et, faire de la musique, c’est ce à quoi elle a toujours aspiré. Quelques mois seulement après avoir déménagé à Montréal, les succès s’accumulent pour la chanteuse. « Je trouve ça fou. Je ne comprends rien, sérieusement je capote. Je marche dans la rue et je me vois sur une pancarte, ça n’a aucun sens. »

Même si elle accorde un attachement particulier à sa ville natale, l’artiste ne regrette pas une seconde d’avoir plié bagage pour la vie montréalaise: « C’était stagnant au niveau de la culture, j’ai l’impression que tout se passe à Montréal. Les labels sont ici, les salles de spectacles sont ici… Je me tiens beaucoup plus avec des musiciens, ma vie tourne beaucoup plus autour de la musique qu’avant. C’est certain que ça va influencer positivement la façon dont je vais composer. »

Serpentard et la place des femmes

Si le look de Safia Nolin est loin du conventionnel, son attitude l’est encore moins. Et c’est ce qui nous plaît. D’ailleurs, si l’artiste est souvent catégorisée comme inclassable, c’est peut-être bien parce qu’elle ne fait pas les choses comme les autres.

Ainsi, la passion de l’artiste pour Harry Potter s’est confirmée quand elle nous a fièrement montré son tatouage des Reliques de la Mort – les adeptes comprendront. « Je suis tellement accro que j’ai failli appeler mon premier album Défense contre les forces du mal. », nous avoue-t-elle. « C’est clair que si j’étais à Poudlard, je me retrouverais chez les Serpentards. Et je deviendrais best friend avec Ron Weasley. Non, Fred. », renchérit l’artiste sur un ton on ne peut plus sérieux.

Pourtant, derrière ces sujets quelque peu loufoques se cache une femme d’esprit et d’opinion. Plusieurs réflexions et questionnements ont surgis à travers notre discussion.

La place des femmes dans le paysage musical, notamment:

« Je n’y ai jamais vraiment pensé, sauf que là, en sortant un album, je me rends compte qu’il y a beaucoup d’hommes. », nous avoue-t-elle. « Puis, ce n’est pas qu’il devrait y avoir moins d’hommes, c’est qu’il devrait y avoir plus de femmes. Il y a vraiment moins de filles dans l’industrie: moins de soundwomen, de gérantes, etc. »

Et c’est dommage, parce que des artistes comme Safia Nolin, nous, on en écouterait à la tonne.

Safia Nolin a enchaîné plusieurs spectacles un peu partout au Québec au cours des derniers mois. Elle s’est notamment produite le 10 novembre au Lion d’Or dans le cadre de la 29e édition du Coup de Cœur Francophone. Pour les prochaines dates:

http://www.safianolin.com/fr/

Par Laurianne Désormiers

Entrevue avec TiKA

TiKA est une artiste, DJ, créatrice, productrice culturelle, personnalité de la télévision et du Web, activiste en défendant l’autonomisation des femmes artistes et...

10 questions à Danielle Mustarde du DIVA Magazine

Rédactrice au DIVA Magazine et journaliste indépendante basée à Londres, Danielle est spécialisée dans la culture LGBTQI, les voyages...

Tous les éditoriaux